AÉDDHUM

Association des Étudiant-e-s Diplômé-e-s du Département d'histoire de l'Université de Montréal

Liste des positions de l'AÉDDHUM

L'ensemble de ces positions a été adopté en assemblées générales.

Éducation
1. Sur le financement de l'éducation

Considérant que l'éducation est un droit, et non un privilège;
Considérant que, selon la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, toute personne a droit à l'instruction publique gratuite;
Considérant l'article 13 c) du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), ratifié par le Canada en 1976, qui stipule que « L'enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l'instauration progressive de la gratuité» ;
Considérant une étude de l'Institut de Recherches et d'Informations Socioéconomique (IRIS) parue en 2007 qui chiffrait à 550M $ le montant nécessaire à investir pour obtenir la gratuité scolaire aux niveaux postsecondaires;
Considérant également une étude conclue pour le compte du Ministère de l'Éducation, du Sport et des Loisirs (MELS) parue en 2007 qui chiffrait à 153M $ le montant devant être déboursé pour couvrir la totalité des frais de scolarité universitaires;
Considérant que selon cette même étude, de 6000 à 13000 personnes de moins pourront aller à l'université, une fois la hausse de 30% décrétée en 2007 complétée. Et que, faisant fi de ce document, le gouvernement y est allé de l'avant avec l'augmentation des frais;

Que l'AÉDDHUM se positionne contre toute hausse de frais de scolarité dans une perspective de gratuité scolaire et contre tout financement alternatif à l'éducation (Remboursement proportionnel au Revenu, Impôt post-universitaire, etc.), et revendique que l'ensemble des coûts liés à l'éducation soit assumé par l'État.

Adoptée le 9 novembre 2011

2. Sur l'aide financière aux études

Considérant que le système d'aide financière actuel mène à un endettement important, engendrant une relation de dépendance envers les banques pour un nombre significatif d'étudiantes et d'étudiants;
Considérant une récente étude de la FEUQ révélant que plus de la moitié des étudiantes et des étudiants vivent avec un salaire de 12000$ ou moins, incluant les prêts et bourses;

Que l'AÉDDHUM revendique :
- la conversion des prêts en bourses ;
- une hausse des frais de subsistance équivalent au seuil de la pauvreté, ainsi qu'une indexation au coût de la vie dans le calcul de l'Aide Financière aux Études ;
- que l'étudiante ou l'étudiant soit considéréE financièrement autonome dès le départ du domicile familial;
- l'abolition de la contribution parentale, de la contribution du conjoint et/ou de la conjointe, de l'ex-conjoint et/ou ex-conjointe (p.ex. pension alimentaire) et de la contribution de l'étudiante et/ou de l'étudiant dans le calcul de l'aide financière.

Adoptée le 9 novembre 2011

3. Sur l'économie du savoir

Que l'AÉDDHUM se positionne contre toute logique de marchandisation de l'éducation (assurance-qualité, économie du savoir, etc.).

Adoptée le 26 mars 2012

4. Sur les solutions plliatives à la hausse

Considérant la durée actuelle de la grève;
Considérant l'ouverture éventuelle d'un dialogue avec le gouvernement;
Considérant l'attitude de « gestion responsable » du gouvernement qui croit qu'un budget ne peut s'équilibrer qu'en coupant dans les dépenses et non en augmentant les revenus;
Considérant la mise sur pied, au niveau national, d'un cahier de négociations;

Que l'AEDDHUM mette de l'avant comme moyens d'accroître les revenus de l'État :
- un mode d'imposition davantage progressif en augmentant le nombre de paliers;
- un accroissement du taux d'imposition des entreprises;
- l'instauration d'une taxe sur les transactions financières.

Adoptée le 26 mars 2012

Médias, politique et société
1. Sur la discrimination

Que l'AEDDHUM se positionne contre toute forme de discrimination et/ou de profilage de nature sexuelle, ethnique, politique ou social.

Adoptée le 9 novembre 2011

2. Sur la violence physique et verbale

Que l'AÉDDHUM déplore la violence physique ou verbale.

Adoptée le 28 février 2012

3. Sur les logiques sous-tendant la hausse

Que l’AEDDHUM lie les revendications de la lutte étudiante actuelle à une critique des logiques sous-tendant la présente hausse des frais de scolarité :
- Une attaque d’une élite politique et économique cherchant à liquider les mesures sociales collectives acquises historiquement au prix de dures luttes populaires
- Le désir manifeste d’intérêts privés de s’approprier des nouveau marchés (éducation, santé, etc.) dans un contexte de crise économique globalisée.
- Une logique néolibérale qui instrumentalise l’éducation afin de perpétuer les inégalités socio-économiques locales et mondiales.
Qu’en ce sens l’AEDDHUM critique tout modèle économique qui perpétue les inégalités à travers une privatisation du commun.

Adoptée le 26 mars 2012

4. Sur l'indépendance face aux partis politiques

Considérant que le but premier d'un parti politique est de prendre le pouvoir afin de l'exercer;
Considérant que des allégences politiques différentes peuvent se rassembler dans des luttes ponctuelles, et qu'un mouvement est plus fort s'il se concentre sur des enjeux non-partisans;

Que l'AÉDDHUM affirme son indépendance vis-à-vis des partis politiques et adopte une politique de non-collaboration avec ceux-ci;
Que l'AÉDDHUM invite les associations et regroupements avec lesquels elle collabore à prendre une position similaire.

Adoptée le 26 mars 2012

5. Sur la répression policière

Considérant l’attitude du corps policier depuis le début de la grève étudiante;
Considérant plus spécifiquement les événements de la semaines dernière et du 7 mars précisément;
Considérant l’existence de l’escouade GAMMA[1] du SPVM;

Que l’AEDDHUM dénonce toute forme de répression [2] policière et politique;
Que l’AEDDHUM dénonce la brutalité
[3] policière sous toutes ses formes.

Adoptée le 26 mars 2012

[1] Guets des activités des mouvements marginaux et anarchistes.

[2] Répression : action de réprimer, de prendre des mesures punitives contre ceux qui sont jugés contrevenir aux règles, aux lois ou aux options d'un gouvernement, d'une société ou à la morale; fait d'empêcher par la violence un soulèvement collectif.

[3] Brutalité : geste ou acte empreint de violence, manquant de modération.

6. Sur le caractère raciste des hausses

Que l'AÉDDHUM dénonce le caractère raciste de toute hausse des frais de scolarité.

Adoptée le 4 avril 2012

7. sur l'attitude du gouvernement et de l'administration de l'Université de Montréal

Considérant l’attitude vile et mesquine du gouvernement libéral et plus particulièrement l’attitude pitoyable de la ministre de l’éducation, du loisir et du sport Line Beauchamp;
Considérant leur fermeture à toute forme de négociation et leur manque d’ouverture par rapport à nos revendications;
Considérant leur manque de respect envers les associations étudiantes et envers notre légitimité à mener la grève, et ce, malgré les mandats forts que nous avons pris et prenons encore dans cette lutte;
Considérant qu’en agissant de la sorte, ils et elles bafouent notre droit légitime d’être en grève et que de fait, ils et elles nient ce qui doit faire partie de la vie démocratique de nos sociétés;

Que l'AÉDDHUM dénonce avec force et vigueur le gouvernement de Jean Charest, la direction de l’Université de Montréal et son recteur Guy Breton;
Que l'AÉDDHUM remette en question la légitimité du gouvernement Charest, de la direction de l’Université de Montréal et particulièrement de son recteur, Guy Breton;
Que l'AÉDDHUM exige la démission de Guy Breton et appelle à la dissolution immédiate du gouvernement actuel.

Adoptée le 16 avril 2012

Féminisme
1. Sur la marchandisation du corps des femmes

Que l'AEDDHUM se positionne contre tout concept relié à la femme-objet menant entre autres a la marchandisation du corps des femmes.

Adoptée le 9 novembre 2011

2. Sur l'égalité des sexes

Que l'AEDDHUM se positionne pour l'égalité des sexes dans tous les aspects de la vie sociale et privée.

Adoptée le 9 novembre 2011

3. Sur les sales hausses sexistes

Que l'AÉDDHUM dénonce le caractère sexiste de toute hausse des frais de scolarité;
Que cette position soit intitulée : «sales hausses sexistes!».

Adoptée le 4 avril 2012

Luttes sociales
1. sur la diversité des tactiques

Considérant que la lutte pour un système d’éducation universel et de qualité est un enjeu qui dépasse les murs des institutions académiques; 
Considérant que cet enjeu est central au fonctionnement et au développement de notre société;
Considérant que cette lutte s’engage sur de multiple terrains et implique une diversité de protagonistes;
Considérant que toute tactique d’action n’est pas bonne à utiliser en tout temps, mais que toute tactique peut être bonne en son temps;
Considérant qu’une diversité des tactiques s’avère nécessaire dans l’établissement d’un rapport de force;

Que l’AEDDHUM adhère au principe de diversité des tactiques et réitère son droit inaliénable à la (et son devoir de) dissidence.

Adoptée le 9 novembre 2011

2. sur le droit de manifester

Considérant les atteintes au droit de manifester et à la liberté d’expression dont le mouvement étudiant a récemment été victime;

Que l’AEDDHUM réitère son droit démocratique à exprimer son mécontentement;
Que l’AEDDHUM revendique le droit de manifester publiquement;
Que l’AEDDHUM se positionne en faveur de la désobéissance civile comme moyen d’expression de son mécontentement.

Adoptée le 26 mars 2012

3. sur la solidarité syndicale

Considérant le climat d’austérité économique et social ambiant;
Considérant que la lutte étudiante actuelle s’inscrit dans une logique néolibérale qui dépasse le monde de l’éducation;
Considérant que le mouvement étudiant gagne tranquillement des appuis venant de divers secteurs de la société;
Et considérant que ces appuis sont d’une aide symbolique et pratique significative;

Que l’AEDDHUM cherche à multiplier les appuis auprès des groupes défendant des valeurs similaires aux siennes ou dont les luttes s’inscrivent dans une même logique syndicale.

Adoptée le 26 mars 2012

4. sur la solidarité internationale

Considérant que le mouvement étudiant s'inscrit dans un contexte international plus global de luttes étudiantes pour l'accès à l'éducation;
Considérant que nous vivons un moment historique de la mondialisation des luttes et des résistances;
Considérant qu'une opposition au néo-libéralisme transnational prônant la marchandisation du savoir nécessite la coopération des mouvements étudiants et de l'ensemble des mouvements sociaux au delà des frontières de l'État;
Considérant le potentiel d'impact de l'unification du mouvement étudiant avec les différents mouvements sociaux en lutte dans les différents pays à travers la planète (mouvements étudiants, révoltes populaires, résistances contre les mesures d'austérité, mouvement des indigné-e-s, etc.);

Que la AÉDDHUM adopte une position favorable à l'internationalisation du mouvement étudiant contre la marchandisation du savoir;
Que l'AÉDDHUM revendique une baisse progressive des frais de scolarité pour les étudiants étrangers et les étudiantes étrangères et hors province.

Adoptée le 4 avril 2012

5. sur les médias en tant que tactique de lutte

Que l'AÉDDHUM considère les médias comme partie prenante de la diversité des tactiques et qu’elle tente de les utiliser pour aider la lutte actuelle;
Que l'AÉDDHUM n’oublie jamais que les médias de masse appartiennent aux pouvoirs économiques qui nous oppressent.

Adoptée le 11 avril 2012

6. sur la grève sociale

Considérant l’ampleur historique du mouvement de grève étudiante et considérant également l’entêtement tout aussi historique de la classe politique dirigeante à ne pas reconnaître la légitimité des revendications étudiantes;
Considérant que le mouvement de grève étudiant aspire dans sa lutte à une transformation sociale radicale et porteuse d’un projet de société et qu’en cela il dépasse ses simples intérêts corporatistes;
Considérant que la hausse des frais de scolarité ne représente qu’un aspect d’un ensemble beaucoup plus large de mesures d’austérités visant à privatiser un nombre croissant de sphères sociales et rappelant en ce sens les phénomènes s’y rattachant tel que la taxe santé, la hausse des tarifs d’électricité ou encore la hausse des coûts du logement;
Soulignant également le climat antisyndical porté par l’acharnement et la médiocrité de nombreux politiciens et éditorialistes et qui se manifeste par la généralisation du lock-out, la restriction du droit de grève et l’appui tacite donné aux nouveaux briseurs de grève;
Considérant l’urgence d’augmenter le rapport de force du mouvement de grève face au gouvernement et notant la possibilité sous-jacente au mouvement de grève étudiant d’agir comme catalyseur des luttes sociale;

Que l'AÉDDHUM appelle à une grève sociale les 1er et 15 mai prochains. Que ces journées soient des journées de grève sociale générale et de perturbation économique;
Que ces journées s’organisent dans l’urgence de faire escalader le rapport de force face au gouvernement et qu’en ce sens l'AÉDDHUM fasse immédiatement les démarches nécessaires auprès de divers syndicats nationaux, régionaux et groupes communautaires;
Que l'AÉDDHUM fasse la promotion de ces journées de grève sociale auprès du grand public par les moyens mis à sa disposition;
Que l'AÉDDHUM vulgarise et explique le concept de grève sociale à ses membres et lors de ses appels au public en général;
Que les journées de grève sociale se fassent en solidarité avec les grévistes d’AVEOS, de Rio Tinto et des autres mouvements sociaux ou syndicaux actifs présentement;
Que l'AÉDDHUM porte également toutes ces revendications auprès de la CLASSE.

Adoptée le 25 avril 2012

Organisations et instances
1. Sur la démocratie au département d'histoire

Considérant que l'AEDDHUM adopte déjà dans ses structures et dans sa Charte des principes soutenant et encourageant la démocratie participative;
Que l'AEDDHUM se positionne en faveur de la démocratie directe au département d’histoire de l’UdeM.

Adoptée le 9 novembre 2011

2. Sur la CLASSE

Considérant les modalités d’entrée de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (C.L.A.S.S.E.);
Considérant que le mouvement étudiant gagne en force lorsque le nombre de ses participants actifs s’accroit;
Considérant que la C.L.A.S.S.E. offre une plateforme et un réseau favorable à l’établissement d’un rapport de force en faveur des étudiants;

Que l’AEDDHUM adhère à la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante;
Que l’AEDDHUM s’engage à consulter ses membres, lors de la première assemblée générale de ses membres en 2012 (ou plus tôt si le besoin s’en fait sentir), sur la question de l’entrée en grève générale illimitée;
Que l’AEDDHUM s’engage à contribuer financièrement à la coalition à hauteur de 1 $ par membre de l’association.

Adoptée le 9 novembre 2011

3. Sur la proportionnelle à la CLASSE

Considérant le poids de plus en plus important que prennent les associations étudiantes départementales ou modulaires dans les instances de la CLASSE;
Considérant que conséquemment, celui des cégeps est de plus en plus marginalisé;

Que l'AÉDDHUM souscrive à l'avis de motion déposé lors du congrès du 25 février stipulant que les associations étudiantes générales ou facultaires aient trois (3) votes et que celles modulaires ou départementales n'en conservent qu'un (1).

Adoptée le 28 février 2012

4. Sur la table de grève

Considérant que l'AÉDDHUM n'est pas membre de la FAÉCUM et que celle-ci n'est pas encline à favoriser le mouvement de grève à l'UdeM;

Que l'AÉDDHUM participe à la table de grève créée le 21 février dernier et qu'elle lui recommande les rôles suivants :
1. Échanger des informations sur le déroulement de la grève;
2. Coordonner des assemblées générales de reconduction, aide pour l'animation;
3. Coordonner des activités liées à la grève en tant qu'associations étudiantes;
4. Coordonner le partage des ressources matérielles et financières pour de la mobilisation;
5. De demander ou d'offrir de l'aide pour la réalisation effective de la grève ou des lignes de piquetage;
6. Travailler à étendre le mouvement de grève à l'UdeM et au Québec;
7. Exprimer publiquement et collectivement leur point de vue dans les médias, à la FAÉCUM et à la direction;
Que l'AÉDDHUM souligne l'importance que les décisions prises lors de ces rencontres doivent respecter les mandats d'assemblée générale et ne soient pas contraignantes pour les associations étudiantes qui auraient une position différente à celle adoptée en table de grève;
Que l'AÉDDHUM invite toutes les associations en grève générale illimitée sur le campus à se joindre à cette table.

Adoptée le 28 février 2012

4. Sur le fonctionnement de la table de grève

Que l'AÉDDHUM recommande le fonctionnement suivant à la prochaine table de grève :
- Toute association étudiante en grève ou ayant un mandat de grève générale illimitée est membre d'office à la table.
- Chaque association étudiante membre a droit jusqu'à trois (3) délégué-e-s, dont jamais plus de deux hommes.
- Chaque association étudiante membre a droit à un (1) vote.
- Les associations étudiantes membres ont un droit de parole prioritaire, avec alternance homme/femme et privilégiant la première intervention.
- Les observateurs et observatrices ont un droit de parole d'office non-prioritaire.

Adoptée le 28 février 2012

5. Sur les fédérations étudiantes

Considérant l’historique des relations entre les fédérations étudiantes (FEUQ et FECQ) et les autres regroupements étudiants nationaux;
Considérant le rejet et la rupture de l’entente minimale de la part des fédérations;
Considérant que les fédérations ont été jusqu’à tout récemment presqu’invisible dans le mouvement de grève;
Considérant le risque de récupération du mouvement étudiant par les fédérations au moment des négociations avec le gouvernement;
Et considérant conséquemment les risques de la signature d’une entente à rabais;

Que l’AEDDHUM adopte une position de méfiance[1] vis-à-vis des fédérations étudiantes;
Que l’AEDDHUM n’accepte de collaborer avec les fédérations étudiantes que pour des raisons logistiques[2].

Adoptée le 12 mars 2012

[1] Méfiance : disposition d'esprit qui conduit à se méfier de quelqu'un ou de quelque chose; état d'une personne qui se méfie. Méfier : se tenir en garde contre quelqu'un, ne pas faire confiance à quelqu'un.

[2] Logistique : ART. MILIT. Organisation théorique de la disposition, du transport et du ravitaillement des troupes.

6. Sur les structures politiques étudiantes

Considérant une position adoptée le 9 novembre 2011 concernant la démocratie directe;
Considérant que la proposition d'origine n'était pas claire;

Que l'AÉDDHUM se prononce en faveur de la démocratie directe et de l'autonomie locale dans les organisations étudiantes, communautaires et syndicales;
Que l'AÉDDHUM s'associe prioritairement avec des associations ou regroupements respectant ces principes.

Adoptée le 26 mars 2012

7. Sur l'indépendance de l'AÉDDHUM

Considérant que l'AÉDDHUM est une association fonctionnant selon le principe de démocratie directe et que ses décisions d'assemblée générale ordinaire ou extraordinaire sont souveraines;

Que l'AÉDDHUM réaffirme son indépendance vis à vis de tout individu, groupe d'individus, assemblée, association, organisme ou parti politique.

Adoptée le 26 mars 2012

8. En faveur de la création et la diffusion d'information

Considérant que la transmission des connaissances est l'outil premier d'une vie démocratique saine;
Considérant qu'il faut d'abord connaître un enjeu avant de se positionner;

Que l'AÉDDHUM se déclare en faveur de la création et de la diffusion de documents d'information;
Que l'AÉDDHUM s'engage à fournir une aide logistique pour tout ou toute membre souhaitant susciter des débats en assemblée générale, dans la limite des budgets;
Que l'AÉDDHUM invite les associations membres de la CLASSE à faire de même afin de régler un malaise récurrent lors des congrès.

Adoptée le 26 mars 2012

9. Sur la prise d'image ou de son en congrès

Que l’AEDDHUM invite la CLASSE à ne point permettre la prise d’images par les médias télévisuels lors de ses congrès;
Que l'AÉDDHUM invite l'ensemble des délégations présentes au congrès de la CLASSE à appliquer ce mandat.

Adoptée le 11 avril 2012

10. sur la réaffirmation de l'indépendance face à la FAÉCUM

Considérant le manque flagrant de transparence des instances de la FAÉCUM et de ses prises de décision, notamment le fait que tout budget soit systématiquement adopté sous huis clos;
Considérant l'existence d'une "ligne de parti" au sein du bureau exécutif de la FAÉCUM et le fait qu'elle nuise à la pluralité des voix;
Considérant que les cycles supérieurs de l'UdeM paient jusqu'à 20% des cotisations de la FAÉCUM mais ne bénéficient directement que de 2-3% de retombées;
Considérant la place prépondérante que prend le bureau exécutif dans les prises de décision;

Que l'AÉDDHUM réaffirme son indépendance face à la FAÉCUM;
Que l'AÉDDHUM participe à la production et la distribution de matériel d'information expliquant son refus des structures et de la culture interne de la FAÉCUM.

Adoptée le 25 avril 2012

11. Sur la création de nouvelles structures associatives

Considérant que la FAÉCUM regroupe plus de 80 associations étudiantes ayant des réalités et des positions différentes, voire opposées;
Considérant que l'assemblée générale devrait être l'instance décisionnelle suprême de tout regroupement étudiant local, et qu'une assemblée générale de 35000 étudiantes et étudiants ne serait pas viable;
Que l'AÉDDHUM invite les associations étudiantes critiques de la FAÉCUM à s'en désafillier et à élaborer de nouvelles structures plus démocratiques et moins centralisées.

Adoptée le 25 avril 2012

Vie académique
1. Sur la reconnaissance des décisions d'assemblée par la communauté universitaire

Que l'AÉDDHUM remercie l'ensemble des associations étudiantes et syndicats pour sa reconnaissance du caractère démocratique des décisions prises par les associations étudiantes de l'Université de Montréal.

Adoptée le 16 avril 2012

2. Sur la répression par les agents de sécurité

Considérant les mesures répressives apportées par les demandes d'injonction et l'embauche d'agents de sécurité qui exercent de la violence tant verbale que physique envers les étudiants et les étudiantes de l'Université;
Considérant que ces agents, en plus d'être lourdement armés, ne sont pas formés pour intervenir de manière adéquate sur un campus universitaire et qu'ils n'ont pas leur place les terrains de l'UdeM;

Que l'AÉDDHUM dénonce la violence verbale et physique commise par les agents et agentes de sécurité;
Que l'AÉDDHUM s'organise avec d'autres associations étudiantes du campus pour dénoncer publiquement ces agissements.

Adoptée le 16 avril 2012

Manifestes et déclarations
1. Sur la déclaration contre la répression

Que l'AÉDDHUM adhère à la déclaration de la Convergence des Luttes Anti-Capitalistes (CLAC) intitulée «Solidaires contre la répression».

Adoptée le 26 mars 2012

2. sur le Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions

2.1 Que l'AÉDDHUM appuie le Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions.

2.2 Que l'AÉDDHUM invite la CLASSE à appuyer le Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions.

2.3 Que l'AÉDDHUM invite les professeur-e-s et chargé-e-s de cours du département d'histoire, ainsi que leurs syndicats respectifs et le SÉSUM, à signer le Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions.

Adoptées le 25 avril 2012.

3. sur la lettre Université de Montréal, une réforme s'impose

Que l'AÉDDHUM appuie la lettre envoyée par des professeur-e-s de l'Université de Montréal intitulée Université de Montréal, une réforme s'impose.

Adoptée le 25 avril 2012

Grève
1. Sur le bris d'un piquet de grève

Que l'AÉDDHUM dénonce toute tentative pour briser un piquet de grève.

Adoptée le 28 février 2012

2. Sur la deuxième vague de grève

Considérant que notre revendication minimale d'annulation de la hausse des frais de scolarité annoncée par le gouvernement libéral est non négociable;
Considérant que la défaite de cette campagne en serait une deuxième consécutive pour le mouvement étudiant (2007 et 2012) et que cela confirmerait en quelque sorte la déchéance de celui-ci dans un contexte mondial d'austérité où les mouvements sociaux sont sur la défensive et cumulent les défaites depuis des décennies;
Considérant que le mouvement, historiquement, a tendance à s'effondrer dès que ses leaders négocient une entente à rabais avec le gouvernement;
Considérant que notre perspective de gratuité scolaire exige minimalement la totale satisfaction de notre revendication modérée, sans quoi cela constituerait une défaite objective;
Considérant que nous n'attendrons pas, comme toujours, le dépôt d'une entente à rabais pour nous en prémunir et que nous voudrions, par la présente campagne, parvenir à faire l'histoire au lieu de la subir;

Que dans le cas où une organisation étudiante nationale proposait (dans les assemblées générales ou autrement) l'acceptation d'une offre d'entente avec le gouvernement en deçà de l'annulation de la hausse des frais de scolarité, l'AÉDDHUM rejette d'emblée la proposition, peu importe son contenu, et organise dans les plus brefs délais une assemblée de déclenchement d'une deuxième vague de grève;
Que l'AÉDDHUM s'engage immédiatement dans une campagne pour un double plancher constitué de sept associations étudiantes regroupant 20 000 étudiant-es, dont la condition d'adhésion serait l'adoption de la présente proposition;
Que l'AÉDDHUM s'organise avec toutes les autres associations étudiantes ayant adopté ce double plancher afin de former une coordination nationale de la deuxième vague de grève, et qu'elle mette ses ressources à la disposition de cette coalition à raison de 0,25$ par membre.
Que cette coalition puisse être la CLASSE.

Adoptée le 12 mars 2012

3. sur la reprise des cours

Considérant la position d’entrée en grève adoptée lors de l’assemblée générale du 13 février;
Considérant que l’ensemble des cours de maîtrise et de doctorat devaient ainsi être suspendus et conséquemment piquetés;

Que les plans de cours initialement prévus et que les échéances des travaux et examens soient désormais caduques et qu’ils seront renégociés à la reprise des cours;
Que l’AEDDHUM réitère cette position dans le contexte de l’évaluation (séances de présentation) liée au cours HST 6022;
Que l’AEDDHUM mandate l’exécutif pour qu’il amorce une discussion avec les responsables de ce cours concernant les modalités de reprise une fois la grève terminée.

Adoptée le 26 mars 2012

4. sur la solidarité en temps de grève

Que l'AÉDDHUM s'engage à poursuivre la grève ou tenir une assemblée de déclenchement si une seule session ou un seul cours est annulé sans l'assentiment des étudiantes et étudiants concerné-e-s, et ce, dans n'importe quel établissement qui a été en grève, que ses étudiants et étudiantes aient été membres de la CLASSE ou non;
Que l'AÉDDHUM appelle à ce que toutes les associations du Québec prennent le même engagement;
Que cet engagement soit appelé « T'en coules un, on plonge ».

Adoptée le 4 avril 2012

5. sur la définition d'une offre

Que l'AÉDDHUM considère une offre de la ministre si elle ne va pas à l'encontre des mandats d'assemblée générale, soit n'offrant pas un mode alternatif de financement de l'éducation et concernant directement la question de la hausse des frais de scolarité.

Adoptée le 11 avril 2012

6. sur l'injonction

Que l'AÉDDHUM dénonce l'injonction et les mesures supplémentaires de sécurité déployées par l'administration;
Que l'AÉDDHUM réitère la légitimité de son mandat de grève et prenne toutes les mesures nécessaires afin de faire respecter ce mandat.

Adoptée le 16 avril 2012

7. sur l'expulsion de la CLASSE à la table de négociations

Considérant le dernier point de presse de la ministre Beauchamp tenu à 14h05 le 25 avril 2012.
Considérant que la trêve a été brisée par les demandes d'injonction;
Considérant la non-dénonciation par la ministre de la violence policière, institutionnelle et judiciaire;

Que l'AÉDDHUM exige la démission immédiate de la ministre, Line Beauchamp, qui vient d'expulser la CLASSE de la table de négociations;
Que l'AÉDDHUM dénonce le mépris du gouvernement libéral, notamment dans la multiplication des excuses et des mensonges visant à retarder le processus de négociations et dans son refus de condamner la violence policière et la judiciarisation du mouvement de grève;
Que l'AÉDDHUM réitère sa demande de dissolution du gouvernement.

Adoptée le 25 avril 2012

8. sur les conditions pour négocier

Que l'AÉDDHUM invite la CLASSE et les autres organisations nationales à considérer que toutes les conditions relatives à la mise en place d’une table de négociation ont été remplies et que leurs membres ne veulent plus perdre leur temps avec les stratégies politiques du gouvernement. En ce sens, que les organisations nationales ignorent toute nouvelle condition de négociation imposée par le gouvernement.
Que l'AÉDDHUM invite les organisations nationales à rester solidaires dans les limites des conditions adoptées dans leurs instances.

Adoptée le 25 avril 2012